La modération : entre mal nécessaire et enjeu stratégique

Culture web
Par willy aboulicam
23 septembre 2013
Modération

Sur internet, le respect de la loi et des règles est assuré par des acteurs essentiels de la communication électronique : les modérateurs. A la fois protecteur de la paix publique quand il veille à l’application de la loi et défenseur d’intérêts privés quand il protège la réputation de marques, ce nouveau métier du web est en plein développement.

Dès les débuts d’internet, l’ouverture d’espace d’expression et de discussion a nécessité l’intervention d’une catégorie particulière d’internautes : les modérateurs.
Leur rôle :

  • limiter les perturbations occasionnées par les trolls, et les spams
  • veiller au respect de la bienséance, de la nétiquette et à la légalité des échanges
  • protéger l’intérêt du groupe et des débats en veillant à l’application de la charte en vigueur et à la clarté des débats

Sur Usenet, il s’agissait le plus souvent des créateurs des groupes de discussion ou d’utilisateurs désignés par eux. Ils pouvaient déplacer, renommer, tronquer ou supprimer purement et simplement une contribution. Avec la part croissante occupée par l’expression individuelle sur le web, ces sortes de censeurs officiels opérant dans des espaces limités sont devenus des acteurs incontournables de la communication électronique : partout où la publication d’articles, commentaires et contributions écrites ou photographiques est permise, ils jouent le rôle de gendarmes protégeant l’ordre public, les bonnes mœurs et bien sûr les intérêts de leurs employeurs. C’est d’ailleurs ce qui distingue encore ces surveillants humains des robots de la censure automatique : leur capacité à interpréter et appliquer finement les clauses parfois pointues des conditions générales d’utilisation et autres chartes en vigueur sur les sites où ils opèrent.

Rappelons par ailleurs qu’au-delà de la notion d’ordre et de bon fonctionnement, la modération est aussi une nécessité vitale pour les sites : en cas de publication de contenus particulièrement délictueux, l’éditeur du site peut être poursuivi pour complicité, voire comme auteur principal de l’infraction à la loi (diffamation, droit à l’image, vie privée…).

Les modérateurs possèdent des outils spécifiques leur permettant d’intervenir aussi bien a priori, c’est-à-dire avant publication, ou a posteriori. Ils peuvent être bénévoles, comme sur les premiers groupes d’Usenet, ou rétribués par le site qu’ils protègent.

La modération est aussi un marché où quelques grands acteurs offrent un service personnalisé qui va de l’assistance simple à la prise en charge complète de la modération.

La modération peut aussi être assistée par les utilisateurs eux-mêmes : les sites mettent souvent en place des systèmes de délation automatisée sous forme d’alertes. L’utilisateur est invité à signaler tout contenu ou comportement qu’il estime impropre. Ce système est parfois assorti de mesures incitatives : les utilisateurs qui se montrent zélés dans leur surveillance se voient ainsi octroyés des privilèges dans les services offerts par le site.

On le voit, la modération est l’un des principaux visages de la sécurité sur le web : les modérateurs sont des sortes de vigiles qui, comme dans le monde physique, sont de plus en plus nombreux là où l’ordre public est aussi assuré par des intérêts privés.

Ajouter un commentaire

Articles similaires