La chute de l’empire Facebook ?

Culture web
Par rvalentin
06 janvier 2014
déclin-facebook

On avait des doutes, des rumeurs circulaient, il semble bien que cela soit confirmé : la disparition à venir de Facebook. La cause ? Une lassitude qui s’installe auprès des jeunes. Ces jeunes, qui à 80% ont un compte sur le géant social, représentent le public le plus important du réseau. Par conséquent, le départ de cette catégorie risque de signifier la disparition du « number one » des réseaux sociaux.

Un départ massif

Après 15 mois de travail et de nombreuses recherches,  une étude de l’Union Européenne sur les tendances des réseaux sociaux menée par une équipe de scientifiques affirme le déclin de Facebook et la montée en puissance de prétendants à son trône. Il s’agirait de : Instagram, Twitter, Snapchat, WhatsApp.

Quelle est la cause du départ des jeunes ? La raison serait que cette tranche d’âge estime désormais que le réseau n’est plus « cool », ni « tendance ». Or il est vrai que la jeunesse actuelle fait particulièrement attention à l’image qu’elle renvoie, donc pas question d’utiliser un outil devenu impopulaire. Autant l’empire Facebook s’est très vite étendu grâce au succès rencontré chez les 15-25 ans, autant leur départ risque de causer la perte du réseau aussi rapidement.

Présence désobligeante

Une raison, voire peut-être la principale qui fait que la réputation du réseau soit en perdition : l’augmentation des inscriptions chez les parents. Effectivement les parents sont de plus en plus nombreux à être présents sur Facebook pour diverses raisons : curiosité, retrouver des amis, faire comme les jeunes,…. Or, la présence des parents est un facteur qui déplait énormément au jeune public. Initialement, Facebook représente pour ces derniers un moyen de s’émanciper, de partager leur vie sans avoir à subir le regard des parents. C’était pour eux comme une « terre sainte » où l’on pouvait partager tout et n’importe quoi, même si c’était compromettant. Evidemment, si les parents se mettent sur le réseau, Facebook perd aux yeux des jeunes l’aspect « vie secrète » qu’ils appréciaient. On entend même le terme espionnage pour parler du ressenti des jeunes envers leurs parents.

Voici un petit sketch qui illustre bien le déclin de Facebook

Quelle est la plus-value de ces autres réseaux par rapport à Facebook ?

Sur Facebook pèse une pression sociale où le jugement d’autrui est particulièrement présent. C’est la plateforme aux scandales qui comptabilise les nombres d’insultes et critiques exacerbées les plus importants. Il est donc difficile de construire son image virtuelle sans avoir la crainte de subir une attaque. A contrario, les autres réseaux sociaux sont perçus comme étant plus libres au niveau de l’interaction, avec une marge de manœuvre plus importante et une communauté plus mature.

Ce qu’il reste à faire

Paradoxalement, ces jeunes semblent s’inquiéter davantage de ce que peuvent penser leurs parents que des données personnelles prélevées par Facebook afin de les fournir aux annonceurs. Cela prouve bien que la bataille pour la protection de nos données n’est pas une problématique à laquelle ils sont sensibilisés. Quel que soit le réseau social, on ne connaît pas l’utilisation faite de nos données. C’est donc à vous désormais, public averti, qu’incombe le rôle d’enseigner et d’apprendre aux générations actuelles et à venir, comment utiliser avec parcimonie les réseaux sociaux. Vous en sentez-vous capable ?

Lire également nos deux articles concernant Facebook :

Ajouter un commentaire

Articles similaires