Fin de Facebook, un bilan exagéré – partie 2/2

Culture web
Par rvalentin
27 janvier 2014
facebook evolution

Comme promis, la suite de notre article « Fin de Facebook, un bilan exagéré – partie 1/2 ».
Si nous persistons à penser que le réseau n’est pas au point mort, c’est parce qu’il a toujours fait preuve d’une grande capacité d’évolution.

Pionnier de l’innovation

A l’heure actuelle, lorsque l’on parle de Facebook et de nouvelles fonctionnalités, on va forcément entendre les termes « copier », « tricher » en référence à celles qu’il a reprises de Twitter. Il est vrai que dernièrement Facebook n’a pas fait preuve de grande originalité, mais il ne faut pas pour autant sous-estimer son potentiel. Attention, je ne suis absolument pas un pro-facebook, j’essaye seulement de faire preuve d’objectivité. Rendons à César ce qui est à César! Même si Facebook ne fut pas le 1er réseau social, son apparition fut une révolution pour les réseaux, pour ses successeurs mais aussi ses prédécesseurs. Prenons par exemple copain d’avant, créé en 2001, il a ajouté de nouvelles fonctionnalités qui permettent de renseigner ses goûts culturels en 2008, en s’inspirant de ce que proposait déjà Facebook à l’époque. Compte tenu de sa simplicité d’accès et de la richesse de son contenu, il est à l’origine d’un nombre conséquent de fonctionnalités innovantes. Certaines vont rester propres à Facebook, d’autres vont être reprises et exploitées par d’autres réseaux. (Et là dessus on n’ en fait pas un fromage!) Etant donné que la liste des fonctionnalités innovantes de Facebook est longue, je vous ai gardé celles qui me semblaient les plus intéressantes.

2006 : Apparition du « New Feed », procédé qui consiste à afficher toutes les dernières actualités chez vos amis. Rien de mieux pour suivre l’actualité de nos proches. Il est également le premier à permettre le partage de vidéos et de liens sur un réseau social.

2007 : Grâce à la création des pages profils, il a permis de mettre les internautes en relation avec :

  • des marques
  • des produits
  • des célébrités
  • des groupes

L’opportunité offerte est un rapprochement concret entre l’internaute et ce qu’il aime. Cela a permis de développer une toute nouvelle forme de relation interactive, où internautes et entités peuvent communiquer entre eux.

Cette année, on note aussi une grande avancée marketing avec le développement de Facebook Ads. Il s’agit du premier système de publicité sur mesure qui propose des produits et services appréciés par vos amis sur un réseau.

Facebook s’est également ouvert aux développeurs, leurs permettant de créer leurs propres API sur Facebook. L’intérêt est de développer de nouvelles applications pour Facebook et de gagner de l’argent grâce à elles.

2009 : Il est à l’origine de la possibilité d’utiliser son compte facebook comme identifiant pour d’autres sites avec le fameux bouton « facebook connect »

2010 : Il crée la fonction « facebook place » permettant d’indiquer en temps direct notre géolocalisation. Bien que l’utilisation de celle-ci soit décriée, elle permet aux personnes du réseau d’avoir l’opportunité de se voir plus fréquemment.

2012 : L’apparition du Graph Search (encore en développement en Europe), moteur de recherche interne à Facebook vous permet d’accéder à toutes les informations visibles des utilisateurs et de créer des requêtes comme : Personne à Paris qui aime le jazz.

2013 : Facebook lance le bouton « donation », pour que les internautes puissent aider financièrement les personnes dans le besoin.

En cours d’évolution

Cela va faire 10 ans en février que le géant social fait preuve d’audace et d’originalité en proposant des fonctionnalités toujours plus avancées. Alors pourquoi affirmer que Facebook se meurt progressivement ? De plus, si l’on compare MySpace à Facebook, MySpace n’a jamais atteint le niveau de notoriété de Facebook, ne disposant pas des mêmes moyens humains et financiers. Peut-on vraiment prétendre que la finalité sera la même ? En réalité, c’est l’arrivée de Facebook qui a causé le déclin de MySpace. C’est la loi du plus fort qui s’applique sur le Web. A moins qu’un réseau social émergeant propose des fonctionnalités similaires et supérieures à Facebook, ce dernier n’a pas encore à s’inquiéter. Trop de paramètres rentrent en compte pour pouvoir réellement en tirer une conclusion à ce jour.

Dans tous les cas, si Facebook a décidé de reproduire des fonctionnalités déjà existantes, ce n’est pas par manque de motivation, mais plutôt pour accomplir son prochain projet…. Afin de nous rafraichir la mémoire, faisons un petit retour sur les fonctionnalités déjà existantes que Facebook a intégrées il y a peu.

Ces fonctionnalités sont :

L’utilisation du hasthag : marque de fabrique par défaut de Twitter, il est apparu il y a quelques mois sur Facebook. Utilisation similaire à Twitter, le hashtag Facebook attribue un mot clé à une publication et permet ainsi une indexation thématique de celle-ci.

La mode du trending : il est comme sur Twitter, fonctionnalité qui consiste à afficher les sujets tendances du moment selon votre localisation. Son intérêt est de :

  • connaître les sujets qui buzzent actuellement
  • rédiger des messages sur les sujets populaires
  • se tenir informer de l’actualité

Paper : Projet non officiel de Facebook qui pourrait voir le jour d’ici la fin du mois. Il s’agirait d’une application mobile utilisant un agrégateur de contenu multimédia, qui nous tiendrait au courant des derniers sujets d’actualité du réseau. Visuellement le rendu ressemblerait à un journal papier mais en numérique. Ce produit fera concurrence à Flipboard qui propose déjà un service identique.

En conclusion

Les dernières actions de Facebook laissent à croire que le réseau va évoluer drastiquement. Toutes ces fonctionnalités reprises par Facebook touchent au domaine de l’information et de ses tendances. À la vue de ces éléments, on peut penser que le réseau compte devenir une source d’informations publiques, un peu comme Twitter. Il ne s’agit encore que d’une théorie mais qui semble se concrétiser progressivement. Voilà qui modifierait profondément l’usage faite du réseau. Quant aux motivations, on n’en connait pas encore les raisons. Peut-être s’agit-il d’un projet de longue date, d’un moyen de séduire ses nouveaux usagers ou encore de récupérer son jeune public. Du point de vue de l’ utilisateur, on ne sait pas encore ce que de telles modifications engendreraient comme réactions. Cela peut être un coup d’épée dans l’eau et véritablement signer la fin de Facebook comme il peut s’agir de son dernier tour de magie pour conserver sa position de leader. Il ne nous reste plus qu’à rester patients et voir à quoi ressembleront ces prochaines nouveautés. Une chose est sûre, attendons avant de chercher un remplaçant au 1er réseau social mondial.

Facebook growth by Niall Kennedy CC BY-NC 2.0

Ajouter un commentaire

Articles similaires