L’image des programmeurs

Culture web
Par rvalentin
20 décembre 2013
programmeur

L’idée que l’on se fait des programmeurs est variable d’un pays à un autre. Tandis qu’aux Étas-Unis, une campagne a été mise en place pour favoriser le développement de cette vocation, en France le métier n’est pas vraiment soutenu par le pays.

Hour of Code

Loin de l’Europe, sur le continent Américain, s’est déroulée la campagne « Hour of Code » du 9 au 15 décembre. Inscrite dans le cadre de l’évènement « Computer Science Education Week », (semaine pédagogique sur les sciences informatiques). Elle a pour but de démystifier le code informatique et faire découvrir avec un nouveau regard les attraits de la programmation.

A l’origine de ce phénomène, les frères Partovi (Hadi et Ali) co-fondateurs de la start-up Code.org. Son objectif est :

  • D’introduire des cours d’informatique dès la classe de cp jusqu’à la terminale dans toutes les écoles aux Etats-Unis
  • Prouver l’efficacité des tutoriels qu’ils proposent gratuitement dans les classes d’écoles publiques
  • Modifier les politiques des 50 états pour qu’ils intègrent la programmation dans le cursus scolaire
  • Utiliser la puissance collective de la communauté pour développer l’apprentissage de la programmation partout dans le monde
  • Faciliter l’accès à la programmation aux femmes et étudiants de couleur dans le domaine informatique

Pourquoi vous en parler alors que cet évènement est éloigné de la frontière occidentale? Tout simplement parce que le « Hour of Code » prend de l’envergure. A tel point que certaines célébrités telles que Ashton Kutcher, Shakira et Chris Bosh se sont prêtées au jeu en essayant de rédiger des lignes de code.
Le Hour of Code repose sur le principe suivant : des tutoriels de tous niveaux sur différents langages vous sont proposés pour que vous puissiez apprendre en autonomie. Une pétition a même été mise en place pour que les personnes favorables au projet de Code.org puissent donner leurs voix et tenter de faire bouger les choses.

Une réussite

A dire vrai, le « Hour of Code » a rencontré un franc succès : près de 18 millions de personnes se sont essayées à l’apprentissage du code. Ce succès repose également sur le soutien de grandes personnalités telles que Marc Zuckerberg ou encore Bill Gates qui ont contribué au développement de la campagne. Enfin, même Barack Obama a tenu un discours en faveur de l’apprentissage de la programmation. Une chose est sûre, la profession de programmeur/développeur va évoluer positivement sur le continent.

Les programmeurs en France

Si aux États-Unis le succès est sans appel, pensez-vous qu’il en soit de même en France? Dans notre cher pays, le programmeur souffre encore de stéréotypes peu flatteurs. Encore affilié pour certain à l’image du geek à l’hygiène douteuse, le métier ne vend pas du rêve à tous le monde. Il n’est pas encore totalement reconnu à sa juste valeur, dû à l’analphabétisme numérique. Pourtant, lors de l’essor d’internet et des ordinateurs, le gouvernement avait suivi le mouvement en instaurant en 1985 le Plan Informatique pour Tous qui consistait à former 11 millions d’élèves à l’outil informatique. Cette initiative est tombée à l’eau à cause d’un mauvais choix de matériel électronique. Depuis, la programmation de code a été mise de côté pour la plupart des établissements, à tel point qu’il n’y a pas d’école dont le diplôme de programmeur soit réputé.

Une évolution à venir?

Pourtant, la profession de programmeur/développeur nécessite des connaissances poussées du web et de son langage. Il est dommage qu’il souffre d’un manque de notoriété. Cependant on constate une phase de transition de la perception de ce métier : de plus en plus d’entreprises recherchent des programmeurs. De plus, un plus large public féminin s’oriente dans ce domaine. Vous l’aurez compris, les programmeurs sont appréciés dans le cadre du travail mais encore mécompris par une grande majorité.

Peut-on espérer que l’influence du « Hour of Code » atteigne la France et puisse redorer rapidement le blason des programmeurs ?

Will code for food photo by Zach Dill CC BY-NC-SA 2.0

Ajouter un commentaire

Articles similaires