Wikis : bienvenue dans un internet du partage et du bien commun !

Culture web
Par willy aboulicam
18 septembre 2013
Wikis

Bien avant les réseaux sociaux, et ce que l’on a un temps appelé le web 2.0, les wikis offraient aux internautes la capacité d’agir sur les contenus. Leur but : offrir à chacun la possibilité de partager ses connaissances en participant à l’élaboration de bases de données le plus souvent thématiques.

En dehors des réseaux sociaux, où se créent des communautés plus ou moins fermées, il existe plusieurs moyens pour rendre un site vivant et participatif :

  • les forums, où chacun pourra créer ou participer à des discussions en lignes, discussions le plus souvent modérées et indexées.
  • la possibilité d’adjonction de commentaires, comme sur les blogs, ou les profils du type Facebook.
  • les espaces de partage d’images et autres contenus, tels, Youtube, Flikr ou Tumblr
  • la possibilité d’enrichir une base commune à l’intérêt du site : le wiki.

Ce petit mot qui dans la langue des Hawaïens signifie « vite » fut choisi en 1995 par l’informaticien américain Ward Cunningham lorsqu’il créa le premier site dont les pages étaient modifiables par leurs visiteurs dans le but d’un échange collaboratif d’informations. Il s’agissait alors de programmation informatique. Depuis, ce nom est aussi le préfixe des plus célèbres d’entre eux : toute la « galaxie » wikipedia, l’encyclopédie libre. Si on le compare aux autres systèmes de partage d’information, on remarque que sa particularité est de considérer chaque contribution comme un bien commun et non pas l’expression et la propriété de son auteur. Il est en cela fidèle à l’idéal des premiers créateurs d’internet : le rêve d’une mise en commun de toutes les connaissances humaines. C’est aussi un formidable moyen de créer des bases de données de toutes sortes en s’appuyant sur toutes les compétences disponibles.

Ils se présentent le plus souvent sous la forme d’un index dont chaque entrée fait l’objet d’un lien direct dès qu’elle est citée dans une autre. Le visiteur a la possibilité de créer ou modifier des entrées. Il a à sa disposition une interface simplifiée qui lui permet d’élaborer sa contribution. Certains sites exigent pour cela une identification précise du contributeur, ou font l’objet d’une modération, c’est-à-dire que certains utilisateurs ont un droit de regard sur les nouvelles contributions et veillent au respect de certaines règles. Les wikis peuvent être gigantesques, comme les plus célèbres d’entre eux, ou tout petit, nichés dans des sites spécialisés où ils peuvent jouer un rôle complémentaire aux fameuses « FAQ » (Frequent Asked Questions, les questions les plus souvent posées).

Dans tous les cas, ils constituent pour les curieux une formidable mine d’informations libres, et pour les créateurs de sites la possibilité de créer une communauté génératrice de contenus et donc de référencements naturels.

Il existe des sites hébergeurs de wikis, comme d’autres hébergent des blogs, dans lesquels chacun peu créer son propre wiki exemples :

Il existe également des annuaires de wikis, telle cette entrée dans l’Open Directory Project, des listes de wikis, et même un wiki de listes, comme le foisonnant Echolalie, qui prouve qu’un wiki peut être créatif et léger. Bref, les wikis constituent un univers particulier, riche, foisonnant, libre et non commercial, qui propose une autre façon d’explorer et d’utiliser le web.

Un point complet sur les outils et la création de wikis sur le site de l’université de Nice :
http://wiki-urfist.unice.fr/wiki_urfist/index.php/Wikis

Ajouter un commentaire

Articles similaires