Google le copycat

Culture web
Par rvalentin
09 décembre 2013
Google lit dans les pensées

Google compte prochainement nous proposer une intelligence artificielle qui pourrait imiter nos comportements sur le web.

Le nouveau service Google

La pensée humaine est complexe : d’un individu à l’autre, elle peut changer radicalement. Environnement, éducation, expérience, sont les principaux facteurs qui influent sur notre façon de penser. Imaginez-vous la surprise quand nous avons appris que Google prétend pouvoir le faire à notre place!
Replaçons le contexte, la pensée humaine a engendré les sciences mathématiques, qui ont elles-mêmes permis par le biais des hommes, la construction de l’informatique, des réseaux, de Google. Et maintenant Google affirme pouvoir imiter notre mode de pensée, veut-il boucler la boucle?
Quoiqu’il en soit, Google avait déposé un brevet en 2011 concernant cette nouvelle technologie et il semble prêt à la développer à l’heure actuelle.
Concrètement Google récupérerait toutes nos informations numériques en ligne (commentaires, messages et publications sur les réseaux sociaux, sms, courriel) pour analyser notre façon de nous exprimer ainsi que nos goûts. Avec un nouvel algorithme, il serait capable de prédire notre réponse, et de nous la formuler. Il pourrait même classer nos messages par ordre d’importance afin que nous puissions traiter rapidement les urgences. Ainsi nous n’aurions plus qu’à presser la touche «Enter» de notre clavier pour gérer les fils de discussion.

L’argument Google

Google annonce la création de cette déroutante (et inquiétante) technologie comme une réponse au flot massif d’informations sur les réseaux sociaux. Il est vrai que dès que l’on commence à suivre un certain nombre de personnes/marques sur les réseaux, les fils d’actualités se retrouvent vites inondés d’informations,  étant eux-mêmes rapidement remplacés par d’autres. Difficile de suivre les éléments qui sont importants à nos yeux. Le géant du web nous présente son invention comme une réponse à ce problème, nous évitant ainsi par exemple de ne pas louper l’anniversaire d’un proche. L’idée est originale mais elle risque de rencontrer un succès controversé, entre les partisans des progrès technologiques et ceux qui seront effrayés de l’omniprésence de Google.

De la pratique anti-sociale sur les réseaux?

On peut y voir tout de même un drôle de paradoxe. Le principe des réseaux sociaux est de développer l’interactivité entre des personnes. Quelle relation peut développer une personne face à un programme? De plus, ce nouveau service risque de semer la confusion dans les conversations, entre savoir si c’est la réponse Google ou la réponse de notre interlocuteur. Même si Google pense à marquer la distinction entre les deux, ne seriez-vous pas vexé de voir que votre ami ne prend même pas la peine de vous répondre directement? Voilà le genre de problème que risque d’apporter cette nouvelle fonctionnalité. Il est possible qu’au lieu de nous aider dans notre vie sociale, elle ne contribue qu’à la complexifier.

À tous, voici une question qui m’interpelle et je serais curieux de connaître votre réponse : Pourquoi tant chercher à créer des machines/technologies proches du fonctionnement humain? Ne risque-t-on pas de devenir déshumanisé à force de déléguer toutes nos tâches?

Ajouter un commentaire

Articles similaires