Cloud computing, comment ça marche ?

Culture web
Laurence Georges Par Laurence Georges
29 juillet 2019
Cloud computing, comment ça marche ?

Vous avez surement déjà entendu parler du cloud computing ! Il permet d’avoir accès à ses données, ses logiciels et même tout son environnement de travail depuis n’importe quel support grâce à un simple navigateur web et une connexion internet. Particuliers et entreprises bénéficient de plus en plus des ressources, services et infrastructures qu’il met à leur disposition. Comment cet environnement fonctionne-t-il ? Quels sont ses principaux acteurs ? Pourquoi est-il devenu indispensable ?

Le principe de fonctionnement du cloud computing

Une définition

Le cloud computing est un système de prestation de services informatiques. Puissance de calcul, espace de stockage, machines virtuelles, hébergement de site web, adresse IP, applications. Un fournisseur met à disposition des particuliers et professionnels tout un ensemble de solutions et d’infrastructures informatiques accessibles par un simple navigateur web. Il leur propose gratuitement ou les loue à l’usage sur abonnement. Le système repose sur la grande performance de serveurs informatiques distants interconnectés hébergés dans des datacenters.

Le cloud computing a pour but de rendre l’informatique disponible à la demande comme l’eau ou l’électricité. Les ressources peuvent être augmentées ou diminuées selon les besoins de l’utilisateur. Celui-ci ne sait pas dans quel datacenter ses données sont stockées. Il se sert des outils et des infrastructures comme s’ils étaient sur son propre disque dur, installé en local.

Les différents services

Le cloud propose de nombreux services. Ils peuvent être classés en 3 catégories principales.

  • Le Saas ou Software as a Service : Il met des applications logicielles à disposition des utilisateurs gratuitement ou sur abonnement. Ils y ont accès via leur navigateur web sur leur téléphone, tablette ou ordinateur. Toute l’infrastructure, l’hébergement, les mises à jour et la maintenance sont pris en charge par le fournisseur de service cloud.
  • Le IaaS ou Infrastructure as a Service : Si une entreprise désire louer une infrastructure informatique en fonction de ses besoins (serveurs, stockage, systèmes informatiques) auprès d’un fournisseur cloud, il s’agit de l’IaaS. Celui-ci peut servir de base pour le déploiement d’autres services ou être utilisé seul.
  • Le PaaS : C’est l’environnement cloud des développeurs d’applications web ou mobile. Il leur permet de créer, tester et gérer rapidement et efficacement ces dernières. Les infrastructures informatiques de traitement et de stockage ainsi que tous les outils de développement nécessaires sont mis à leur disposition.

Les variantes du cloud

Il existe 3 types d’architecture de cloud computing sur lesquelles peuvent être implantés tous ces services. Chacune répond à des besoins différents des utilisateurs.

  • Le cloud public
    Il est le plus connu des trois. Les services sont proposés par un prestataire externe via sa propre infrastructure. Tout le matériel lui appartient. Les utilisateurs se partagent les serveurs auxquels ils accèdent grâce à un réseau public, Internet, et un navigateur web. Dropbox, Facebook ou Twitter par exemple sont déployés sur ce cloud.
  • Le cloud privé
    Les ressources sont utilisées de manière exclusive par une entreprise. Le cloud privé peut être situé dans ses locaux ou hébergé par un fournisseur de services. Dans cet environnement, les outils, le matériel et les infrastructures se trouvent sur un réseau privé.
  • Le cloud hybride
    De plus en plus adopté par les entreprises, il combine des clouds privés et publics et bénéficie ainsi des avantages des deux modèles. Les données et applications peuvent se déplacer entre les deux. Réactivité, souplesse, et sécurité sont à la clé.

Le cloud computing est-il si révolutionnaire ?

Le principe de la mise en réseau d’ordinateurs permettant d’offrir plus de puissance de calcul et de stockage n’est pas tout jeune. Déjà dans les années 50, les organisations utilisaient « un mainframe computer ». Cet ordinateur central qui disposait de hautes performances était relié à une série de terminaux exploitant ses capacités.

La virtualisation est ensuite née. Puis, avec Internet, les environnements informatiques virtualisés sont devenus accessibles à tous, et ceci tout particulièrement à partir des années 1990. À ce moment-là, les premières applications disponibles apparaissent et le concept de cloud a commencé à se faire connaître.

Ce n’est cependant que vers les années 2000 que le grand public et les entreprises s’y sont penchés. Les premiers services individuels voient alors le jour. Feuilles de calcul ou espace de stockage et de partage des fichiers, leurs fonctionnalités étaient encore assez simples. Dans ces années, les grands acteurs du web développent leurs offres qui n’a cessé depuis de s’enrichir et d’exploiter toutes les innovations technologiques.

Désormais, le cloud fait partie du quotidien de tous. Dropbox, Facebook, Twitter sont des exemples de services très utilisés. Avec le Big Data, le machine learning et l’essor de l’internet des objets, il est de plus en plus nécessaire et présent.

Les principaux acteurs du cloud

Cinq principaux acteurs se partagent les parts de marché.

Amazon Web Services

Filiale d’Amazon.com, AWS est le leader du cloud computing. Lancé en 2006, ses services et produits sont toujours plus nombreux. Intelligence artificielle, Internet des Objet, outils de prévision et d’analyse sont actuellement ses domaines clés de croissance. Parmi ses clients, on peut citer la Nasa, Netflix ou la CIA.

Microsoft Azure

Lancé en 2010, Windows Azure devient Microsoft Azure en 2014. C’est la plateforme cloud de Microsoft. Il arrive en 2e position après AWS. Son atout est de disposer de tout ce dont les entreprises ont besoin pour relever leurs défis : l’infrastructure, la plateforme, mais aussi les applications de gestion (Office 365, Dynamic 365, etc.) et tous les outils exploitant les technologies Microsoft. Parmi les multiples services proposés, Azure Stack permet par exemple aux organisations d’avoir accès à des solutions efficaces de cloud hybride.

Google Cloud Platform

Google Cloud est au 3e rang. On peut citer le Google Computer Engine qui est une IaaS, le Google App Engine qui est une PaaS et le Google Cloud Storage qui est sa plateforme de stockage de données.

IBM

La société est très présente dans l’univers du cloud hybride et du multicloud. L’acquisition de Red Hat va dans ce sens.

Alibaba

Il est le premier fournisseur de cloud en Chine. La société est en pleine croissance et a des ambitions mondiales. Elle dispose de plus d’un partenariat d’intelligence artificielle avec Intel.

Pourquoi le cloud computing est-il devenu indispensable ?

Les avantages

  • La réduction des frais
    IaaS, PaaS ou SaaS, l’entreprise loue des ressources et des services en fonction de ses besoins. Elle paie à l’utilisation. Il n’est plus nécessaire d’investir dans un coûteux matériel informatique. De plus, la maintenance et les mises à jour sont prises en charge par le fournisseur cloud.
  • La réactivité et la performance
    Les moyens mis à disposition sur le cloud peuvent être augmentés ou diminués en temps réel, en fonction des besoins.
  • Le support idéal pour le travail collaboratif
    Partage et stockage de fichiers, agendas mis à jour en temps réel, outil de gestion de projets, etc. Les équipes ont accès à tout ce dont elles ont besoin de partout et sur tous supports connectés à partir d’une plateforme unique. Les solutions de travail en groupe proposées par les fournisseurs cloud sont nombreuses : Office 365, G Suite (Google), Slack, etc.
  • La sécurité et stabilité
    Les données sont sauvegardées à distance et les prestataires cloud multiplient les dispositifs pour assurer la confidentialité, la protection, l’intégrité des datas, et le respect des réglementations propres à chaque pays. Un tel niveau de sécurisation est difficile à égaler par les entreprises au niveau de leurs infrastructures internes.
    Par ailleurs, l’activité ne dépend plus d’un seul serveur, mais de plusieurs. Cela garantit sa continuité.

L’accès des entreprises à l’innovation

Sur le cloud, les solutions les plus innovantes sont accessibles à prix modéré. Elles permettent aux entreprises d’être dans la course dans trois domaines tout particulièrement.

  • Le Big data L
    La collecte, l’analyse et l’exploitation des données sont pour les sociétés synonymes de performance. Elles leur permettent d’optimiser leur expérience client, d’ajuster leurs produits aux attentes des consommateurs, de découvrir des tendances, etc. Or, le volume des datas est de plus en plus grand. Sans le cloud et la technologie Hadoop, le traitement et le stockage de ces milliers d’informations ne pourraient se faire.
  • Le machine learning et l’intelligence artificielle
    Les fournisseurs cloud multiplient les outils pour que les organisations et les développeurs puissent avoir accès à l’IA. La concurrence entre eux est rude.
  • L’Internet des Objets (IoT)
    Voitures, éclairages, chauffages connectés, etc. Le développement de l’IoT ne peut se faire sans le cloud. Il est la solution idéale pour stocker et traiter les différents flux de données issus des capteurs.

Flexibilité, agilité, réduction des coûts, le cloud computing offre de nombreux avantages aux entreprise et aux particuliers. Il accompagne la transformation digitale de ces dernières et optimise leur productivité.

Pour réussir sa migration dans ce nouvel environnement, une stratégie réfléchie doit être suivie. Elle permet de trouver une solution personnalisée prenant en compte ses besoins actuels et à venir.

Ajouter un commentaire

Articles similaires